Le deuzième reportage d' "infrarouge" était sur un nouveau procédé pour remplacer les antibio de moins en moins efficaces, les "phages" (ou bactériophages)

Le principe est simple et tellement évident : introduire dans la partie du corps infecté des virus spécifiques qui mangent les bactéries.

Et ça marche !

C'est un français, exilé au Canada qui à découvert ce principe. Puis une Géorgien (encore Russe à l'époque) est venu faire un stage avec ce chercheur puis à ramené le procédé dans son pays.

Manque de pot, il n'y a qu'en Géorgie que l'on utilise cette technique !

Un immigrés géorgiens aux États-Unis étudie ce principe ainsi que quelques chercheurs en France, dans les universités mais ça en reste pour le moment au stade des recherches à cause des lourdeurs administratives pour mettre en place un nouveau procédé médical alors que cette découverte est génial !

Et puis, il faudrait faire entrer dans nos petits cerveau étriqués d'occidentales le fait que l'on nous introduises des virus dans le corps ! (n'est-ce pas le principe des vaccins ?)

Même des Américains viennent se faire soigner en Géorgie !

De toute façon, vu que les ATB ne seront, dans un avenir très proches, plus du tout efficaces, et que de nouvelles maladies vont encore apparaître (ou de vieilles revenir comme la tuberculose, peut-être bientôt la peste !!!), le gouvernement, pris dans la panique de trouver urgemment une solution devant une potentielle catastrophe sanitaire, fera accélérer l'accréditation de la méthodes des phages. Mais ne sera-t-il pas plus intelligent de s'y mettre maintenant pour éviter un drame ?

sur le moteur de recherche :

phages+georgie

La Guerre des phages

à 23h55

Documentaire. Réalisé par Lindalee Tracey. D’après Emmanuel Laurent.

Produit par Les films A trois. Avec la participation de France 2.

Les défaillances alarmantes des antibiotiques ont remis sur le devant de la scène, une singulière découverte du début du XXe siècle, le bactériophage. Leur découvreur Félix d’Hérelle chercheur franco-canadien de l’institut Pasteur n’aura finalement trouvé refuge qu’en Géorgie, dans l’ex-Union soviétique, aux heures les plus noires du régime stalinien, pour y développer des recherches. Aujourd’hui encore, les pays de l’ex-bloc soviétique ont recours aux “phages”. L’Occident redécouvre actuellement leurs vertus et peut-être un moyen de pallier les antibiotiques..

La guerre des phages -

On consomme, chaque année dans le monde, plus de 100 000 tonnes d’antibiotiques. Mais le miracle antibiotique touche à sa fin. Ce médicament puissant est de moins en moins efficace pour combattre les bactéries. Pensez aux infections nosocomiales, de plus en plus répandues. Les superbactéries, résistantes aux antibiotiques, gagnent du terrain dans le monde entier, et la médecine ne sait plus trop quoi faire pour les éliminer. Mais il y a peut-être une solution à la résistance aux antibiotiques: les bactériophages.

Guérir avec un virus?

Le chirurgien Guram Gvasalia (Tbilissi)
Il y a cent ans, le Montréalais Félix d’Hérelle découvrait un ennemi naturel aux bactéries: un virus qu’il a nommé bactériophage. Ce virus, qu’on récolte dans les égouts, détruit de façon spectaculaire les bactéries. Dans les années 30, Félix d’Hérelle a créé un institut sur les phages en Géorgie. Le centre existe toujours, et les scientifiques poursuivent les recherches. Jusqu'à la récente guerre en Tchétchénie, les phages furent abondamment administrés à l'armée rouge. Aujourd’hui, ce sont des patients désespérés, souffrant d’horribles infections, qui se rendent, en dernier recours, dans un hôpital délabré de Tbilissi, en Géorgie.

Un Américain à Tbilissi

Un de ces patients est américain. Steve Earle a fait le voyage, en espérant que les médecins de Tbilissi réussiraient là où la médecine occidentale a échoué. Il souffre d’une infection à la jambe qui semble inguérissable. Aux États-Unis, les médecins lui ont dit qu’il fallait soit l’amputer, soit lui donner des antibiotiques pour le restant de ses jours. Quelques semaines de phagothérapie à Tbilissi ont suffi à guérir sa jambe. Deux ans après le traitement, Steve Earle n’a toujours pas eu de rechute.

Steve Earle, à son arrivée à Tbilissi

Les bactériophages deviendront-ils le médicament miracle pour guérir des infections jusque là incurables?

Des spécialistes du monde entier s’intéressent aux recherches des scientifiques de Tbilissi. Certains ne jurent que par les phages. D'autres affichent un optimisme prudent. C’est le cas du docteur Philippe Gros, professeur de biochimie à l’Université McGill et fondateur d’une compagnie qui fait de la recherche sur les bactériophages.

http://www.acs.qc.ca/documents/Article_melanieRobitaille.pdf

virus.html">http://www.scom.ulaval.ca/Au.fil.des.evenements/2002/08.22/virus.

http://www.acfas.ca/decouvrir/enligne/scienceclips/213_felix.htm

http://www.pasteur.fr/infosci/archives/her0.html

http://www.canalblog.com/cf/my/img/spacer.gif" width="1" border="0" />